lundi 5 mars 2012

« Sur le papier, ça n’avait l’air de rien »

Dans une autre séquence du film, Salieri se remémore une partition de Mozart : celle de la « Gran Partita pour instruments à vent » qu’il découvrit négligemment posée sur un pupitre, dans le palais de Colloredo, et qui provoqua son émerveillement.  Plusieurs décennies plus tard, Salieri en fait au soir de sa vie une brillante analyse pour le prêtre devant qui il égrène ses souvenirs, dans ce qui est sans conteste l’une des scènes les plus authentiques du film ; une séquence qui prouve, en tous cas, que le musicologue-conseil de Milos Forman, -  Zdenek Mahler, un parent du compositeur Gustav Mahler - savait de quoi il parlait ; même s’il a par ailleurs laissé passer – mais a-t-il eu un autre choix ? - tellement d’erreurs parfois impardonnables.

« Ce n’était certes pas un singe savant qui avait pu composer cela », conclut Salieri avec une extrême clairvoyance.

5 commentaires:

  1. c'est dingue... je cherchait le nom de cette musique de Mozart, la Gran partita.
    J'ai pensé pour la trouver que dans Amadeus c'était ce fameux moment où Salieri la lit et débute sa description par : "Sur le papier ça n'avait l'air de rien". Miracle j'ai trouvé grâce à vous et à cette phrase. ça n'a l'air de rien comme ça mais ce genre de chose me démontre que je ne suis pas seul dans l'univers.. L'univers de Mozart :) ...
    Entre 18 et 19 ans j'ai regardé ce film tous le jours, sans trop savoir pourquoi. J'imagine que vous l'avez regardé 1000 fois aussi pour en parler si bien et voir ce que nous, profanes, nous ne voyons pas et ne comprenons pas. Bien des réponses s'offrent à moi maintenant, Je vais être votre plus fidèle lecteur.. Merci Michèle et je vous admire beaucoup. --- Luc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai écrit profane, mais j'aurais dû écrire "Médiocres" ;)

      Supprimer
    2. Médiocre, vous ? Jamais de la vie. Quand on aime Mozart au point de regarder tous les jours le film Amadeus, on n'est pas un médiocre.J' ai d'ailleurs fait la même chose que vous, avant de découvrir toutes les erreurs volontaires de ce film qui reste malgré tout un chef d'oeuvre.


      Cordialement



      Michèle Lhopiteau-Dorfeuille

      Supprimer
    3. Bonjour Michèle,
      Pardon de m' immiscer de la sorte, mais je pense que Luc Alexis fait içi allusion à la toute fin du film quand Antonio Salieri se faisant ammener à la scelle dit au prêtre bouleversé qu'il parlera de lui (à dieu) et se fait "Le Champion, Le Saint Patron de tous les Médiocres" et absoud d'un signe de croix les "fous" de l'asile sur son passage.

      Supprimer
  2. En effet, vous avez raison, c'est bien Salieri qui, à la fin du film, se proclame le "saint patron "de tous les médiocres de la terre, et même "leur champion".
    Diable, il semblerait que vous ayez regardé "Amadeus" encore plus souvent que moi ! Je ne coyais pas cela possible.

    Cordialement


    Michèle Lhopiteau-Dorfeuille

    RépondreSupprimer